Mon histoire avec le folklore argentin
24 mars, 2020
Aubergines à l’escabèche, grand classique des apéros argentins
8 avril, 2020

L’Arbre bouteille, arbre de l’abondance des Wichís

Compartí esta Nota en:

L’Arbre Bouteille, Faux Kapokier ou Palo borracho – littéralement Bâton Ivre – (ceiba speciosa) est un arbre étrange et beau qui fait désormais partie intégrante de mon quotidien. Il pousse naturellement dans les forêts humides du Nord de l’Argentine mais on le trouve fréquemment dans les parcs et les places de Buenos Aires. J’adore la perspective que l’on a sous ses branches.

Parent du baobab, on le reconnaît pour sa hauteur importante mais surtout pour son tronc ventru, parfois tordu. En fait, il a la capacité de retenir l’eau dans son tronc. C’est pour cela qu’il résiste particulièrement bien à la sécheresse. il développe aussi des épines sur les branches et le tronc.

Il fleurit en été et automne, ici de janvier à mai. Sa floraison est peut être un de ses grands atouts, car cet arbre a une grande valeur ornementale. La fleur, de couleur rose, mesure 15 cm et possède 5 pétales. Elle est visitée par des colibris, certains papillons et une espèce de chauve-souris, tous chargés de sa pollinisation. Son fruit est une bogue de 20 cm. A l’intérieur on trouve une fibre cotonneuse qui recouvrent les graines et s’avère être de grande utilité. Avec cette fibre, qui a la particularité d’être antiallergique, on rembourre des oreillers et des matelas.

Cette espèce est parent avec le Fromager ou Kapokier (ceiba pentandra) présent dans les Antilles françaises. En Argentine, il existe une autre espèce à fleur blanche (Ceiba chodatii) nommé Yuchán. C’est justement le Yuchán qui est protagoniste de la légende du Nord de l’Argentine que je vous partage aujourd’hui.

 

 

La légende de l’Arbre Bouteille

Voici le récit, faisant partie des mythes du peuple Wichi.

Dans le tronc de l’Arbre Bouteille, vivait le Père des poissons. Toutes les nuits, il remplissait l’arbre avec de l’eau et des poissons pour que les tribus ne manquent jamais de nourriture. Mais un jour, un des membres d’un clan décida qu’il allait manger le Poisson Sacré et pour cela, il lui lança une flèche empoisonnée en plein coeur. Au milieu de son agonie, l’énorme animal fouetta de sa queue puissante les arbres ventrus dont les troncs s’ouvrirent et déversèrent l’eau sur la vaste plaine. A ce moment-là, grâce à Tok’uaj, le héros civilisateur des Wichis, se créèrent les fleuves Teuco et Pilcomayo qui arrosent aujourd’hui ces contrées. Les hommes, qui vivaient regroupés, se dispersèrent et durent partir à la recherche de nourriture en différentes régions, en faisant la guerre si cela était nécessaire. Le Père des Poissons est caché maintenant au fond de la Terre, irrité par les guerres incessantes et montre parfois sa langue aux 7 couleurs, l’arc-en-ciel. Il apaise ainsi l’esprit guerrier des êtres humains et les incite au travail fécond. La région est maintenant une fourmilière humaine où l’on cultive du coton, on pratique la déforestation , on se déplace sur d’énormes bateaux. Mais il reste encore des arbres, face aux eaux cristallines des ruisseaux et lagunes qui font affleurer le Père des Poissons, celui qui, la nuit, y cachait des myriades de poissons pour que les tribus ne meurent pas de faim.

Sa carte d’identité

NOM SCIENTIFIQUE:
Ceiba speciosa

NOMS COMMUNS:
Palo Borracho, Arbre bouteille, Samohú

OÙ LE TROUVER:
Présent dans toute le Nord de l'Argentine, au Nord Ouest les provinces de Salta, Jujuy,  Santiago del Estero,  Tucumán, Catamarca, comme celles du Nord Est Chaco, Formosa, Misiones, mais aussi Santa Fe. Dans la ville de Buenos Aires, Cliquez ici pour savoir où le trouver à Buenos Aires. (L'avenue du 9 juillet présente de beaux exemplaires)

STATUT DE CONSERVATION:
Préoccupation mineure

Bibliographie

Diccionario folkllórico de la flora y de la fauna de América, Félix Coluccio, Biblioteca de Cultura Popular, Ed. del Sol

Stage Légendes de la flore et de la faune argentine. Escuela Argentina de Naturalistas, Fundación Aves Argentinas

Facebook Comments