J’ai dansé la chacarera à Santiago del Estero
6 juin, 2020
José, gaucho de la Patagonie
18 juillet, 2020

L’ibijau gris, la légende de l’oiseau fantôme

Surnomé oiseau fantôme, l'ibijau est l'un des oiseaux les plus étranges de l'Argentine | Photo: Alejandro Bayer Tamayo - Flickr

Compartí esta Nota en:

L’ibijau Gris est un des oiseaux les plus étranges d’Argentine et il possède bien-sûr sa propre légende. Insectivore et nocturne, il passe toute la journée à l’abri des regards. Présent dans tout le Nord du pays, il est particulier en bien des aspects, mais surtout pour son chant. On le retrouve dans les traditions folkloriques de différentes provinces. Dans le Nord-Est de l’Argentine, région frontière avec le Brésil et son nom est Urutau en langue guarani, ce qui se traduirait par “oiseau fantôme”. Dans le Nord-Ouest, à Santiago del Estero,  on le nomme kakuy, vocable qui provient du quechua et signifie “rester”.

La tradition quechua nous renvoie à une des caractéristiques les plus surprenantes de l’Ibijau: sa technique de camouflage. Il choisit de se poser sur l’extrêmité d’une branche aux tons grisâtres. Il reste immobile comme s’il était le prolongement de la branche même, dans une position étrange, le cou et le bec exagérément tournés vers le ciel. Son plumage rappelle les veines du bois et sa présence passe complètement inaperçue. Parfois, certains choisissent des endroits insolites,  où ils sont très visibles, comme le piquet d’une clôture. Il ne construit pas de nid: là où il dort, il pond un seul oeuf. L’oisillon se camoufle aussi comme le corps de l’adulte, de telle manière qu’il est très difficile de se rendre compte qu’il s’agit de deux animaux! À moins qu’il n’ouvre un oeil… Dans la photo principale, ci-dessus, on voit la mère et son petit, avez-vous reconnu deux oiseaux?

  Si le petit se réveille, son grand oeil jaune le trahit ( photo: Adrian Heredia – Surucua Lodge)

 

Sa technique de chasse est très simple, comme celle des engoulevents (des cousins à lui) : il ouvre le bec, tout simplement! Ses yeux jaunes et sa bouche sont énormes, car ils lui permettent de voir et de chasser de nombreux insectes. Ce pauvre Ibijau n’a pas un physique facile (Plus de photos ici). D’ailleurs il fait un peu peur, mais en réalité il est parfaitement adapté à la vie nocturne. De plus, son chant est très particulier: on dirait une plainte très triste, presque humaine. C’est pour cette raison et parce qu’il appartient au monde de la nuit, qu’il existe de nombreuses légendes autour de l’Ibijau.

 Le chant de l’Ibijau

Imaginez que vous écoutez ça en pleine nuit…. ça donne des frissons hein?

Source: www.xeno-canto.com  Richard C. Hoyer

 

 

 

 

La bouche de l’ibijau est très grande car il l’utilise pour chasser des insectes (Photo: Julian Londono – Regardez ici sa collection de photo sur Flickr)

 

L’ibijau à Santiago de l’Estero

Pour être tout-à-fait sincère, j’ai fait la connaissance de l’Ibijau avec la musique traditionnelle argentine. De nombreuses chacareras font allusion au Kakuy et à sa tristess. Puis j’en ai appris plus sur lui quand j’ai commencé à prendre des cours à l’École Argentine de Naturalistes. Il y a quelques mois, lors de mon séjour à Santiago del Estero, quelle surprise de le croiser une fois de plus! Dans cette ville du Nord Ouest de l’argentine, un monument lui est même consacré! cette statue est dédié à la légende de la région qui raconte que le Kakuy est une jeune femme transformée en oiseau. Cette histoire est aussi reprise dans un morceau appelé Frère Kakuy chantée par Peteco Carabajal.

 

Le  monument à Santiago del Estero, oeuvre de Rafael Delgado Castro, représente le moment de la transformation de la jeune fille.

La légende de l’Ibijau

Dans cette histoire l’ibijau est en réalité une jeune femme transformée en oiseau comme un châtiement éternel. Deux orphelins vivaient seuls dans la montagne et le jeune homme en avait assez de l’attitude froide et distante de sa soeur. Il l’amena dans la forêt et la fit monter à un arbre pour récolter le miel d’une énorme essaim qui se trouvait tout en haut. Quand elle arriva à la cîme, il commença à descendre en prenant soin de tailler les branches les plus basses. La fille, en le voyant s’éloigner et se rendant compte qu’elle resterait prisonnière des hauteurs, lui criait : ” Kakuy turay ” ” Kakuy turay ” ce que signifie ” Reste là  mon frère, reviens“. Peu à peu son cri se transforma en une lamentation, ses pieds en griffes et ses bras en ailes: elle prit la forma de l’oiseau qu’aujourd’hui on appelle Kakuy à Santiago del Estero

Il existe d’autres versions dans les régions du Nord-Est de l’Argentine de tradition guarani. L’histoire raconte que le Urutau – car c’est ainsi que l’on le nomme dans ces contrées – est aussi une jeune fille transformée. Mais celle-ci tomba amoureuse d’un fils d’une tribu ennemie. En apprenant que le mariage ne serait jamais par ses parents, elle s’enfonça dans la jungle et était si trsite qu’elle se transforma en oiseau. C’est pour ça que la nuit on entend encore sa plainte. Dans une autre version la jeune fille est amoureuse du soleil et pleure son absence toutes les nuits.

 

Sa carte d’identité

NOM SCIENTIFIQUE:
Nyctibius Griseus

NOMS COMMUNS:
Ibijau gris, Kakuy (en quechua), Urutaú (en guarani)

DISTRIBUTION:
Présent dans toute le moitié de l'Argentine,sauf les Andes. Il choisit les zones où se trouvent des arbres épars, en lisière de forêts ou le long de rivières ou de chemins

STATUT DE CONSERVATION:
Préocupation mineure

En savoir plus

La vie et les moeurs de l’Ibijau

Bibliographie

Diccionario folkllórico de la flora y de la fauna de América, Félix Coluccio, Biblioteca de Cultura Popular, Ed. del Sol

Stage Légendes de la flore et de la faune argentines. Ecole Argentine de Naturalistes, Fundación Aves Argentinas

Matière Flore et Faune d’Argentina. Ecole Argentine de Naturalistes, Fundación Aves Argentinas

 

Facebook Comments