La politesse, les inconnus et autres bises argentines
12 décembre, 2017
Une bien étrange tradition de Noël
29 décembre, 2017

Que faisons-nous du maté?

La gata Bardot con el mate | Foto: A. Labadie

Compartí esta Nota en:

 

 

La chatte Bardot, dénommée ainsi en l’honneur de l’actrice…

 

…est le témoin discret de la cohabitation d’un Argentin et d’une Française. Elle nous raconte comment le maté peut être un motif supplémentaire de disputes conjugales.

 

J’étais sous la table du salon, lovée sur une chaise pour ma sieste du matin quand j’ai entendu crier: Putain, c’est pas possible ! J’ai ouvert un oeil. C’était elle, accroupie près de la poubelle. Je la voyais s’agiter, penchée sur le sol. J’ai décidé d’aller voir ce qui se passait. Je me suis levée lentement et je me suis étiré le dos. Puis je me suis mise en marche en direction de la cuisine en poussant un long bâillement face à la fenêtre.

La française venait de vider pour la première fois un maté. La yerba avait été projetée dans toute la cuisine quand elle avait voulu retirer la fameuse bombilla. La pauvre, elle était consternée. J’ai voulu lui remonter le moral et je me suis approchée d’elle en miaulant doucement. Allez, allez ça va aller. Il y a plein de choses que tu as à apprendre de la vie ici. Le maté c’est pas si facile à faire et à vider mais ça s’apprend. Elle semblait pas m’entendre, je me suis frottée à sa jambe et j’ai miaulé un peu plus fort pour qu’elle comprenne. Ça ne lui a pas plu. Elle m’a regardé d’un air absent, légèrement agacée. Et comme j’insistais elle m’a envoyé balader: “sors de là, toi! Allez, laisse moi nettoyer!”. Vexée, je suis partie au petit trot pour terminer mon roupillon sur le canapé.

 

Vider le maté

Le soir même, rebelote, encore des cris depuis la cuisine. C’était sa voix à lui cette fois. Aude ¿qué pasó acá? ¿Porqué encuentro yerba debajo de la heladera? Quelle ambiance ce jour-là !j’ai couru voir, j’observais tout depuis l’encadrement de la porte. Il s’était baissé pour ramasser l’éponge tombée par terre et avait découvert l’étendue du désastre. Y mirá, mirááá boluda no te la puedo creer ¡ hay también cerca del horno! ¿Cómo llegó hasta acá?  Si elle pensait que son expérience du matin allait passer inaperçue, elle se trompait. Malgré une demi-heure de nettoyage frénétique, certains endroits insolites continuaient à porter les stigmates de sa maladresse. Sous le frigo et le four, à l’autre bout de la cuisine… Il n’en revenait pas. Il lui avait déjà appris à faire le maté, il a donc fallu donc qu’il lui explique comment le vider.  Le maté on en prend plusieurs fois jusqu’à terminer l’eau du thermos ou jusqu’à ce que la yerba épuise toute sa saveur. Il faut alors la jeter, à l’aide de la bombilla. Un mouvement délicat du poignet suffit pour verser tout le contenu dans la poubelle. Si l’on veut en prendre encore, il faut remplir à nouveau le récipient avec de la yerba fraîche. Au bout de quelques semaines de patience et de concentration, elle a fini par maîtriser les gestes à suivre.

La française venait de vider pour la première fois un maté. Un mouvement délicat du poignet suffit pour verser tout le contenu dans la poubelle.

L’initiation de la française

J’ai suivi l’initiation de la française avec intérêt. Maintenant elle en prend souvent, du maté. Il l’accompagne quand elle s’installe pour écrire sur son ordinateur, et elle le confectionne les yeux fermés. Au départ, elle était drôle, elle le traitait avec une sorte de respect. Lui, après l’avoir utilisé, laissait le maté plein avec le thermos près de l’évier, et quand elle le trouvait, elle ne savait pas que faire. Elle semblait un peu impressionnée face à cette icône de la vie argentine. Sa technique du poignet parfaitement au point, prise d’un enthousiasme débordant, elle l’empoignait et s’apprêtait à le vider. Puis elle s’arrêtait, réfléchissait, hésitait tout à coup. Elle le reposait sur le plan de travail. Peut-être craignait-elle de commettre une espèce de sacrilège? Plusieurs fois, la même scène s’est répétée. Le maté plein seul abandonné dans la cuisine, à côté du thermos à moitié vide. Elle le regardait indécise, que devait elle faire? le jeter? le laisser? Peut-être imaginait elle que c’était pour elle? qu’il le lui avait laissée pour qu’elle en prenne? Peut-être était-ce un code, un rituel qu’elle ignorait?

Maintenant le maté l’accompagne quand elle s’installe pour écrire sur son ordinateur.

 

Quand elle lui a posé la question, il lui a répondu vaguement. Il laisse simplement le récipient, au cas où, pour le jeter plus tard. C’est une habitude qu’ont certaines personnes ici. Je ne sais pas si elle a tout saisi, mais je crois que maintenant ce qui est clair pour elle c’est qu’en général, il n’y a pas de deuxième tournée de maté. Depuis, dès qu’elle voit le maté plein dans la cuisine, je ne sais pas pourquoi un bouffée d’agacement s’empare d’elle. Encore le maté! Elle se met à bougonner, elle ne comprend pas, c’est pas difficile, la poubelle est pas loin. Moi, je trouve qu’elle exagère, franchement. Mais ça semble plus fort qu’elle: elle se transforme en une vraie mégère.

J’ai suivi l’initiation de la française depuis le début. Maintenant j’ai peur. Je crains que le maté n’ait eu sur elle des effets indésirables insoupçonnés.

 

 

Facebook Comments